Limmoworld.com » Le coin des astuces » Phytoépuration : comment définir la phytoépuration ?

Phytoépuration : comment définir la phytoépuration ?

De nos jours, les eaux usées envahissent certains territoires urbains. Leur traitement nécessite des moyens financiers et techniques importants. Le recours à des procédés naturels est actuellement une tendance à ne pas négliger, vue ses effets positifs sur la nature. La phytoépuration est donc une solution parfaitement adéquate pour le traitement des eaux usées.

Qu’est-ce que c’est que la phytoépuration ?

La phytoépuration est une méthode naturelle d’épuration biologique qui permet de purifier et d’assainir les eaux usées à l’aide des actions des plantes dites épuratrices. Elle vise la stabilisation des paramètres physico-chimiques d’une eau douce existante dans un bassin. À l’aide des plantes de type macrophytes et des substrats macrophytiques. Elle effectue le traitement des eaux usées des milieux aquatiques en se débarrassant des micro-organismes de photo-stabilisation.

La majorité des plantes utilisées sont de types vasculaires, c’est-à-dire qui ont des vaisseaux permettant à l’eau puisée par les racines de circuler. Il y a aussi des algues et des plantes émergentes, comme les roseaux et les massettes.

La phytoépuration utilise donc des bactéries qui se trouvent au niveau des racines des plantes. Ces bactéries dites « aérobies » permettent de transformer les matières organiques dans l’eau en matière minérales assimilables par les plantes.

Comment fonctionne la phytoépuration ?

Le processus de traitement des eaux usées à l’aide du système de phytoépuration permet de diriger les eaux usées vers des filtres plantés par des espèces végétales bien sélectionnées (bambous, massettes, laîches, roseaux…). Ces plantes ont la capacité d’absorber tous les polluants tels que le nitrate et les phosphores. Ce système est composé de plusieurs étapes, à savoir :

  • Étape de prétraitement : le premier niveau de traitement consiste à filtrer les grosses particules et les composantes physiques à l’aide d’un lit de gravier et des racines des roseaux. Ces éléments sont par la suite transformés en compost.
  • Le traitement des composés chimiques : dans cette étape, on trouve l’action des plantes existantes qui possèdent dans leurs systèmes racinaires des bactéries « aérobies ». Ces dernières transforment les éléments organiques en matériaux minéraux pouvant facilement être assimilés par les plantes. Ces dernières produisent à leur tour de l’oxygène pour servir de nourriture aux bactéries.
  • À la fin du système : l’eau épurée est évacuée et peut être utilisée pour des fins utiles, dont l’agriculture.

Finalement, le système d’épuration des eaux usées par la phytoépuration est un système qui requiert des dimensions économiques, écologiques et esthétiques. Il est facile à installer et ne demande pas beaucoup d’entretien. Il est également respectueux de l’environnement et son installation par les différentes plantes permet de valoriser le site par son aspect d’embellissement.

D'autres articles dans notre monde :